Les Conspirateurs ...
 
Beaumont et son Carnaval ...
 
 
Page d'accueil du site

Accueil

Un peu d'histoire concernant notre groupe Notre Histoire
Quelques détails de notre costume

Notre costume

Quelques photos de la vie du groupe

Nos archives

Le Le "noyau dur"
Quelques mots sur Beaumont et sur son carnaval

Beaumont & son carnaval

Les liens
L'espace dédié aux membres du groupe

L'espace "Membre"

 

Pour nous écrire, cliquez sur la boite aux lettres ...

Le Carnaval

Selon le dictionnaire:

carnaval : n.m. (il carnevale : mardi-gras) (pl. des carnavals)

  • 1. Temps de réjouissances profanes depuis l'Epiphanie jusqu'au mercredi des cendres.
  • 2. Les réjouissances elles-mêmes (bals, cortège, mascarades).
  • 3. Mannequin grotesque personnifiant le carnaval, enterré ou brûlé le mercredi des cendres. Sa majesté Carnaval.
  • Selon les croyances populaires:

    période calendaire de festivités traditionnelles consistant principalement en déguisements. Le mot signifiait à l'origine jeune" et littéralement "adieu à la chair" (chair: caro ; adieu: vale)

    Le carnaval avait lieu naguère le lendemain de la fête des Rois (6 janvier) jusqu'au mercredi des Cendres. Il s'achevait donc sur les Jours Gras, dont le point culminant était la cavalcade du Mardi-Gras. Mais, pendant toute la période précédente, les jeunes gens "couraient carnaval" déguisés et masqués, ils allaient "intriguer" les filles en frappant à la porte ou aux fenêtres des "veillées", c'est-à-dire des maisons, voire des cabanes ("écreignes") construites à cet effet, où la population féminine se réunissait chaque soir pour bavarder en faisant de petits travaux; il se nouait ainsi, éventuellement, de futures accordailles printanières.

    Le Mardi-Gras, un mannequin représentant le roi de Carnaval était promené sur une charrette en grande pompe ; mais, le lendemain, on le traînait par les rues en chantant un air lugubre ; puis on le mettait en jugement devant la population, lui imputant toutes les fautes que les villageois avaient pu commettre ; il était finalement condamné et enflammé.

    Le dimanche suivant, jeunes gens et jeunes filles étaient solennellement répartis par couples, au cours d'une proclamation publique jusqu'à l'année suivante, la jeune fille n'avait plus le droit de changer de cavalier servant.

    Malgré le nom qu'il a reçu, le carnaval était fort antérieur au christianisme. André Varagnac en a proposé l'explication suivante. Chez toutes les populations archaïques, le fait de posséder un masque équivaut au fait d'être possédé par un esprit de l'au-delà. Encore au siècle dernier, on croyait dans bien des provinces que des âmes de trépassés se mêlaient à la troupe de jeunes gens masqués, dont certains risquaient, de ce fait, d'être ensuite entraîné dans l'au-delà. Pour expliquer ce cérémonial de fantômes, il faut se reporter aux origines néolithiques de l'agriculture toute fertilité, comme toute fécondité, étaient jadis attribuées à des réincarnations d'âmes. La subsistance du village ne pouvait donc être assurée que Si les esprits consentaient à envahir le monde des vivants pour y apporter leur vitalité fécondante.

    C'est pourquoi, les jeunes gens recevaient mission de se masquer et de se déguiser (en mettant leurs vêtements à l'envers puisque l'on pensait que dans l'autre monde tout est à l'inverse de celui-ci). Ils invitaient ainsi les esprits à visiter le village qui, finalement, leur faisait faire ripaille (les Jours Gras).

    Dès lors, selon les coutumes archaïques, les esprits se trouvaient engagés d'honneur à rendre ces largesses avec usure au renouveau

    Beaumont

    Beaumont est une petite commune située dans la "Botte du Hainaut", à un jet de pierres de la frontière française et à une bonne vingtaine de kilomètres de Philippeville, Chimay et Charleroi. La commune se compose, en plus de la ville, de 7 petits villages (Barbençon, Leugnies, Leval-Chaudeville, Renlies, Solre-Saint-Géry, Strée et Thirimont). Pour de plus amples informations sur la commune, nous vous invitions à visiter le site officiel de la ville à l'adresse suivante : www.beaumont.be

    Le Carnaval de Beaumont

    Le carnaval est à Beaumont célébré une semaine après la Laetarée et quinze jours avant Pâques. La fête bat son plein durant trois jours au cours desquels on brûle la sorcière et les bosses des gilles.

    A Beaumont on fête carnaval de cette façon depuis plus de vingt ans, mais il semblerait que cette célébration soit bien plus vieille que cela ; certains documents datant de 1807 parlent déjà de cette coutume mais aussi des "débordements" qu'elle entraîne !

    Le Carnaval de Beaumont fut créé 1982, à l'initiative d'une bande jeunes copains ; les "Turlupins Beaumontois". A cette époque, le Carnaval permettait à des groupements locaux (club cyclo, patro, ...) et des groupes d'amis de déambuler, costumés, dans les rues de la ville et ce, via un petit cortège le dimanche après-midi. Lors de cette première édition, seul un groupe fut réellement créé dans une optique carnavalesque pure : les Paysans beaumontois qui arboraient un costume dérivé de celui des Paysans de Binche.

    Années après années, de nouveaux groupes (constitués spécialement pour cette occasion) vinrent rejoindre le Carnaval de Beaumont et permirent ainsi au Cortège de prendre de l'ampleur mais aussi d'étendre les festivités de ce Carnaval à la matinée du dimanche, au lundi et même à la soirée du samedi précédent le Carnaval. De plus, des soumonces (répétitions) furent également organisées les w-e précédents le carnaval afin de permettre à chacun "d'affûter ses armes" !! Parmi les groupes que l'on pouvait admirer durant ces quinze premières années de Carnaval, nous pouvons citer notamment "les Gilles", "les Ecossais", "les Charivaris", "les Cuiss'tchots", "les Durs à Cuire", les "Stratos", "les Arlequins", "les Marquises", "les Musicologues", "les bébés joufflus", "les Cannibales", "les 1900", etc ...

    Paysans

    Stratos

    Gilles

    Arlequins

    Malheureusement, années après années, le Carnaval de beaumont perdit petit-à-petit de ses couleurs et de l'ampleur et les années 2000-2005 furent relativement "moroses" !! En effet, la flamme des participants des premières années s'éteignait, la relève dans la différents groupes avait du mal à venir, la gestion des finances des différents groupes nécessitait l'organisation contraignante d'activités ... Tout cela, malheureusement, provoqua donc la disparition de nombreux groupes et pour les groupements qui réussirent à "survivre", ce furent les années des "vaches maigres" !!

    Heureusement, certains, depuis les années 2000, ont de nouveau la "flamme carnavalesque" (et parmi eux, un groupe TRES TRES enthousiaste, les "cas-mais-Léon", avec qui les "Conspis" ont tissé des liens d'amitié très forts) et remettent une très bonne ambiance dans les rues beaumontoises. De plus, depuis 1 ou 2 ans, à présent, un nouveau vent semble progressivement souffler sur le Carnaval (les participants des premières années ont vieilli mais c'est à présent la "seconde génération" - voire la 3ème - qui prend progressivement le relais) et un nouveau style de Carnaval (plus simple, plus rural, plus convivial) semble prendre le dessus.